Réforme du système de santé américain : que signifie la victoire d’Obama ?

Une américaine acquise à la cause de la réforme Obama. Photo : Reuters

Barack Obama, on peut l’aimer ou ne pas l’aimer, mais il faut reconnaître qu’il est un modèle de ténacité et d’abnégation. Pendant plus d’un an, malgré les multiples oppositions à son idée de départ, il a réussi progressivement à gagner l’adhésion même des républicains les plus difficiles à convaincre, afin de faire passer sa réforme du système de soins de santé.
De quoi s’agit-il ?
Avant tout, il convient de décrire en quelques mots le système de soins de santé auquel la réforme s’attaque : aux États-Unis, l’assurance maladie dépend surtout d’assureurs privés. Les pouvoirs publics garantissent uniquement les soins aux personnes âgées ou démunies. Mais contrairement à ce que l’on peut croire, même les non-assurés ont accès à des soins de santé gratuits offerts par les hôpitaux publics, centres de santé communautaires, hôpitaux universitaires, etc.
En 2010, 83,5 % des Américains possèdent une assurance maladie et 50 millions (les 16,5% restants) en sont privés. Mais pour ces « exclus », il s’agit plus de non-assurance volontaire que d’incapacité à s’assurer. Le vrai problème avec ce système, c’est qu’il revient trop cher au gouvernement fédéral : d’après les données de l’OCDE, les dépenses publiques de santé s’élèvent à 2.464 $ par habitant, et une partie importante des cotisations n’est pas réinvestie dans la santé mais part en frais administratifs, marketing et bénéfices.
La proposition d’Obama
L’objectif poursuivi par la réforme du Président américain est de faire en sorte que tous les américains, quel que soit leur niveau de revenu, souscrivent à une assurance maladie, et de réduire de façon substantielle le gaspillage des ressources publiques en rationalisant les dépenses de santé, à travers notamment la lutte contre la fraude.
Pour ce faire, les principaux axes de cette réforme sont les suivants :
1. obliger tous les Américains à souscrire à une assurance avant 2014, sous peine de sanctions ;
2. obliger les assurances à couvrir tous les américains, quels que soient leurs antécédents médicaux ;
3. octroyer une aide financière aux familles à faibles revenus (revenus inférieurs à 88.000 dollars par an) à travers des crédits d’impôts
4. rendre le marché des assurances plus concurrentiel en vue de faire baisser les prix.
Évidemment, une telle réforme comporte un coût énorme, ce qui a longtemps été la pomme de discorde entre M. Obama et les détracteurs de ses propositions. En effet, la mise en œuvre des mesures nécessaires pour atteindre ces objectifs, nécessitera pas moins de 940 milliards de dollars (soit 455.890 milliards de FCFA) sur dix ans. Pour en assurer le financement, la réforme prévoit de lever de nouvelles taxes sur les revenus élevés, et d’agir dans le sens de la baisse des dépenses de santé.
Pourquoi je vous parle de tout ça ?
C’est vrai, les Etats-Unis, ce n’est pas l’Afrique. Mais rassurez-vous, ce n’est pas simplement pour nous amener à convoiter des situations inaccessibles pour nous les pauvres africains ! C’est surtout pour nous faire prendre conscience que dans un pays, quand on veut vraiment faire bouger les choses dans le bon sens, on peut y arriver, quelles que soient les oppositions et autres pesanteurs auxquelles on pourrait faire face. Et le succès d’Obama sur un sujet aussi figé au Etats-Unis (en tous cas depuis 1933 au moins), montre que si on a une race de nouveaux africains prêts à s’investir sans rien attendre en retour, le continent pourra enregistrer des avancées notables.
Pour que l’Afrique avance !
K@rl
Blogueur africain

Publicités
Explore posts in the same categories: Actualités, Economie, J'aime bien !, Monde, Politique, Réflexion, Société

Étiquettes : , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

2 commentaires sur “Réforme du système de santé américain : que signifie la victoire d’Obama ?”

  1. Mandè Says:

    Bonjour,je suis d’accord, Monsieur Obama s’est battu pendant un an pour faire passer cette reforme du système de santé dans son pays, mais il est le président de ce pays, il est le chef à la Maison Blanche,c’est une position qui vous fait pousser les ailes, ce qui n’enlève rien aux qualités personnelles de l’homme.Vous avez cité la ténacité, ne fallait-il pas en avoir pour devenir le premier Président Noir de l’histoire des EU? Dans ce pays mon frère, le rêve est permis et pour peu que dans vos qualités naturelles il y a aussi de la tenacité, les montagnes sont à portée de vos doigts. En Afrique on ne rève pas, pour nos sociétés c’est même malsain de rèver ou alors pour ceux qui arrivent encore à le faire, une ténacité comme celle du président Obama, il faut la multiplier par 50 au moins, pour changer le cours de l’histoire. Et sur ce point précis, nous sommes d’accord pour dire que ce n’est pas hors de portée de NOTRE PEUPLE. A bientot et bon vent à votre blog

  2. kodzovi abalo Says:

    très belle analyse…que de détermination pour un résultat qui finallement, n’est pas très loin de ce qu’il voulait. c’est un bel exemple d’abnégation et de courage politique pour nos dirigeants, et même pour certains politiques occidentaux (sarkozy…), qui à l’heure de l’action, récule bien souvent dans leur volonté d’engager de réelle réforme, face aux difficultés et entraves qui, faut bien l’avouer, sont inévitables, dans cette jungle qu’est le monde politique.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :