Elections présidentielles en Côte d’Ivoire : pourquoi on n’ira pas au vote de si tôt

Le Premier Ministre Soro Guillaume

Après la récente tempête politique qu’a connue la Côte d’Ivoire avec l’affaire des 429.000 faux électeurs de Beugré Mambé, les dissolutions et autres contestations qui se sont ensuivies, l’heure semble être désormais à la réflexion dans les différents états majors politiques. Tant mieux pour le processus de sortie de crise.

La semaine dernière, toute la hiérarchie des Forces Nouvelles (aux niveaux politique et militaire), s’est réunie à Bouaké pour analyser la situation socio-politique. Je trouve personnellement que c’est une très bonne chose, que ceux qui ont pris les armes montrent ainsi qu’ils ont désormais compris que les meilleurs victoires sont celles qui s’acquièrent par la réflexion, l’argumentation et le dialogue. Et les principales conclusions de ce conclave me permettent de donner à mon tour quelques réflexions sur l’avenir du processus électoral en Côte d’Ivoire.

La première conclusion, c’est que les Forces Nouvelles s’engagent (à nouveau) à appliquer le DDR (Désarmement, Démobilisation, Réinsertion). Je dis « à nouveau » parce qu’à mon avis, la signature de l’Accord de Ouagadougou le 4 mars 2007 marque de façon officielle cet engagement, accord qui met le DDR en bonne position parmi les actions de sortie de crise.

Mais là où je ne comprends pas bien la logique des Forces Nouvelles, c’est quand elles affirment que les reports successifs des élections décrédibilisent la classe politique, et qu’elles réclament à cor et à cri la tenue des élections présidentielles. Sur ce point, je crois qu’aucune partie prenante de la crise ne peut véritablement se plaindre, puisque toutes y sont pour quelque chose dans les différents piétinements du processus. Je dis bien tous !

Concernant les Forces Nouvelles en particulier, je crois que si le désarmement à du mal à avancer, c’est bien parce qu’elles font une sorte de « résistance », parce que, entre autres, cela signifierait pour plusieurs de leurs éléments, un saut dans l’inconnu, la situation actuelle représentant pour ceux-ci une véritable aubaine (je veux parler du contrôle des ressources des zones sous leur contrôle notamment).

Pourtant, je persiste à croire que la tenue des élections avant le désarmement est une grossière erreur. Même si le 4ème Accord complémentaire (signé le 22 décembre 2008) stipule en son article 4 que « En tout état de cause, la démobilisation des ex-combattants des Forces armées des forces nouvelles (Fafn) devra être achevée au plus tard deux mois avant la date fixée pour l’élection présidentielle« , force est de constater que sur le terrain, les choses n’avancent pas vraiment. Il en va de même pour les milices pro-gouvernementales (voir article 5 du même texte). Et tous ceux qui se plaignent aujourd’hui des reports des élections et qui réclament qu’on les organise demain ou après-demain, oublient de lire les accords que les protagonistes ont eux-mêmes signés pour garantir le succès du processus de sortie de crise.

Si nous voulons vraiment avoir des élections propres, je pense qu’il faut commencer par regarder la face militaire de la médaille. Le fait de se focaliser sur la face politique (qui malheureusement est la plus visible), nous fait perdre de vue l’importance d’avoir une armée refondée et restructurée, sans quoi les problèmes de fonds ne sont pas résolus. C’est pourquoi, l’élection présidentielle, ce n’est pas pour maintenant, n’en déplaise aux adorateurs des dates !

K@rl

Bloggeur africain

Publicités
Explore posts in the same categories: Actualités, Côte d'Ivoire, Politique, Réflexion, Société

Étiquettes : , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

One Comment sur “Elections présidentielles en Côte d’Ivoire : pourquoi on n’ira pas au vote de si tôt”

  1. Moshe Says:

    Tout le monde FEINT de ne pas voir les problèmes militaires en se réservant la possibilité de ressortir cela comme question JOKER pour prétexter le dernier baroud de report des élections.
    vivement que les questions de FOND et de FONDS soient réglées une bonne fois pour toutes. Mieux vaut une bonne solution longuement bien réglée une bonne fois pour toutes qu’une solution mal réglée et ‘à-la-va-vite’ qui risque de nous revenir comme un boomerang, et en MAL.
    _________moshe______________


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :