Eau polluée de la SODECI : retour sur une affaire sordide

Je reviens ce matin sur cet événement malheureux qui a démontré des failles dans la gestion de la qualité de l’eau par la Société de Distribution d’Eau de Côte d’Ivoire (SODECI). Mais après avoir noté les incohérences dans l’attitude de cette entreprise et remarqué que le comportement des victimes (les habitants de la cité Coprim Zenith à Yopougon) était surtout guidé par leur survie (financière), force est de constater qu’on n’a pas épuisé le sujet !

En effet, il semble qu’une nouvelle fronde a vu le jour, de la part d’un certain nombre de personnes qui, bien que n’habitant pas la Cité, se disent touchées par la pollution de l’eau servie par la SODECI. Il s’agit en fait d’un groupe composé de deux catégories de personnes : celles qui tiennent des commerces à l’intérieur de la Cité, et celles qui occupent des habitats précaires aux alentours. Ces deux catégories de personnes ont quelque chose en commun : elles ont été amenées à consommer l’eau polluée (du moins elles l’affirment) du fait qu’elles se trouvent toute la journée sur le lieu pour les premières, et en raison de ce qu’elles se ravitaillent quotidiennement en eau potable auprès d’habitants de la Cité qui eux, sont des abonnés réguliers.

Comme réponse à cette plainte, la SODECI affirme que n’ayant pas de contrat d’abonnement avec ces personnes, elle ne se sent aucune obligation vis-à-vis d’elles.

La question est de savoir si quelqu’un qui n’est pas abonné à un service public peut se plaindre de la mauvaise qualité de ce service. Et là, il semble qu’une fois que le lien est formellement établi entre le préjudice subi et l’événement (en l’occurrence la pollution de l’eau), les plaignants devraient être dédommagés au même titre que les habitants de la Cité.

Toutefois, il convient de savoir dans quelles conditions ces personnes ont eu accès à l’eau polluée ! Si c’est par des moyens frauduleux, la SODECI peut utiliser cela comme moyen de défense : un fraudeur de bus (pour parler en abidjanais), peut-il se faire dédommager lorsqu’il y a un accident du bus qu’il a emprunté ? Où bien, quelqu’un qui utilise un branchement anarchique pour s’alimenter au courant électrique, peut-il se retourner contre la CIE s’il se fait électrocuter ?

La pauvreté grandissante a tendance à faire croire qu’on peut répondre oui à cette question, au mépris des règles de droit les plus élémentaires. Mais attendons de voir ce que la suite de cette plainte va nous révéler.

K@rl

Bloggeur africain

Publicités
Explore posts in the same categories: Actualités, Côte d'Ivoire, Société

Étiquettes : , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

2 commentaires sur “Eau polluée de la SODECI : retour sur une affaire sordide”

  1. moshe Says:

    Pour moi, la plainte est fondée (s’il n’ y a pas d’arrière pensée de se faire de l’argent à tout prix sur le dos de la compagnie de distribution d’eau).
    L’on peut être un parent de passage, ou un simple anonyme ayant demandé à boire.
    Je ne parle pas de ceux qui font du commerce de leur eau domestique (sur le dos de la SODECI).
    Mais si on y a eu accès en contournant la loi, alors on n’a qu’à s’en prendre à soi-même…
    ___________moshe_____________

  2. Karl Says:

    Je pense que tu as raison. Mais il faut faire attention que tout Abidjan ne devienne pas membre ou ami d’une famille de la cité! Tu vois ce que je veux dire?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :