Côte d’Ivoire : le RHDP navigue en eaux troubles !

Alphonse Djédjé Mady (au centre), Porte-Parole du RHDP

Actualité oblige, je me sens le devoir de vous informer et de vous partager mon analyse de l’évolution récente de la situation socio-politique de la Côte d’Ivoire.  En effet, dès l’annonce de la décision de dissolution du gouvernement et de la Commission Electorale Indépendante (CEI), le Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), par la voie du Président de son Directoire Monsieur Alphonse Djédjé Mady, par ailleurs Secrétaire Général du PDCI, a mis les pieds dans les plats : le RHDP a décidé de ne plus reconnaître M. Laurent Gbagbo comme Chef de l’Etat, en qualifiant sa décision de « coup d’Etat ».

Avec cette position radicale, on a bien senti que les négociations en vue de la formation du nouveau gouvernement ne s’annonçaient pas de tout repos. Mais ce qui me semble bizarre, c’est que le même RHDP revient à la charge pour demander le rétablissement de la CEI telle qu’elle était avant la dissolution, pour lui permettre de terminer le travail qu’elle a commencé (par qui ?). Je trouve cette requête non cohérente avec la radicalité qui a consisté à ne plus reconnaître le Chef de l’Etat. Car, de mon point de vue, la cohérence aurait voulu qu’on lui demande sa démission et de s’y tenir !

Mais le plus important à mon avis, c’est que la position du RHDP peut s’interpréter comme une prime au désordre politique. Car, il faut bien comprendre que l’un des problèmes de fonds de la Côte d’Ivoire, c’est celle de la nationalité. Et, la résolution de la crise déclenchée le 19 septembre 2002, si elle veut être utile, ne peut en faire l’économie. C’est pourquoi, il me semble indadmissible de faire comme s’il n’y avait pas de problème et de réclamer coûte que coûte des élections.

Ce qu’il faut faire, c’est de considérer l’inscription sur les listes électorales, non comme un simple problème électoral, mais comme un véritable problème vital pour la nation. Et puis, en la matière, il y a des règles ! Pourquoi ne pas examiner les cas à la lumière des règles régissant la nationalité ivoirienne. Comme je l’ai déjà dit dans un article précédent, il n’est pas convenable que des personnes qui ont fait du faux pour obtenir le bénéfice de la nationalité ivoirienne (et pour qui des preuves suffisantes existent), le conservent. Mais de l’autre côté, cette volonté d’appliquer les règles en matière de nationalité, ne doit pas être un prétexte pour martyriser d’honnêtes citoyens. Il n’y a que dans l’objectivité que le pays aura son salut. Et là-dessus, laissez-moi vous dire que tout jeu partisan est anticonstructif, de quelque bord qu’il soit.

K@rl

Bloggeur africain

Publicités
Explore posts in the same categories: Actualités, Côte d'Ivoire, Politique, Réflexion, Société

Étiquettes : , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

3 commentaires sur “Côte d’Ivoire : le RHDP navigue en eaux troubles !”

  1. Orphée GORE Says:

    je m’offusque devant cette politique politicienne à laquelle se livre le RHDP. sinon comment comprendre qu’il ne veuille pas se débarasser une bonne fois pour toute de cetté épée de Damoclès qui n’a que trop plané sur notre pays… je parle de la question de la nationalité qui peut , je l’espère avec la volonté de tous trouver une résolution avec un fichier électoral désinfecté de toutes scories. en soi, les éléctions sont certes importantes, mais pas plus que la vie de notre nation dans sa continuité administrative…

  2. Mohamed OUATTARA Says:

    Le RHDP avait fondé sa stratégie politique sur la démission collective de ses Ministres du Gouvernement, en cas de dissolution de la CEI. Et c’est DJEDJE Mady lui-même qui a commis l’imprudence (?) de mettre cette menace dans la balance des négociations la semaine dernière à OUAGA.

    A ce jeu de quite ou double, Laurent GBAGBO a anticipé et faussé les calculs du RHDP, en lui retirant son seul (?) moyen de pression : le Gouvernement (et non la CEI).

    Il s’agit là d’un scénario majeur de bataille politique, à enseigner aux étudiants en sciences politiques.

    Loin de vouloir attiser le feu, je souhaite de tout coeur que le RHDP (pour l’instant « groggy ») retrouve ses esprits et donne une riposte plus élaborée, affinée et percutente, au risque de confirmer la raillerie de La Majorité Présidentielle, selon laquelle « il n’y a rien devant »… Ce qui serait dommage pour la Côte d’Ivoire et pour les amateurs des débats et combats politiques (au sens noble du terme, c-à-dire sans armes à feu).

  3. moshe Says:

    J’espère que toute la classe politique aura le courage (et les moyens) de ses idées, pourra crever l’abcès afin que les dernières décisions du PR servent à vraiment booster la sortie de crise. La stagnation (tout comme la sédentarisation) n’est souvent pas une bonne chose.
    Difficile de gouverner…
    Difficile d’être mal gouverné…
    Il est souvent des postes qu’il ne faut pas envier si on n’aime pas relever les grands défis.
    Pour démêler l’écheveau il faut que les acteurs politiques soient attentifs aux idées des citoyens et en tirer le meilleur parti, et s’il le faut, se faire hara-kiri, pour l’avenir du pays.
    ____________moshe____________


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :